Test

Test de Need for Speed: Hot Pursuit sur iPhone

Les flics et les voyous se battent pour un bout d'asphalte

Test de Need for Speed: Hot Pursuit sur iPhone

Need For Speed en est désormais à sa troisième itération sur iPhone, iPod Touch et iPad, puisqu'après NFS Undercover et NFS Shift, c'est au tour de Hot Pursuit de tenter de convertir les joueurs à la course automobile. EA Mobile et IronMonkey Studios ont d'abord provoqué quelques frayeurs en proposant une version très limitée du jeu, mais heureusement du contenu a été ajouté, permettant de découvrir une carrière relativement proche de celle proposée sur consoles de salon. Bien protégé par une carrosserie de voiture de police ou incarnant au contraire le pire cauchemar du code de la route, c'est au volant de Need For Speed: Hot Pursuit que nous vous amenons en balade afin de visiter un peu les paysages du jeu.

source - 316943 source - 316922 source - 316938


C'est ton destin !

Il n'est pas nécessaire d'embrasser la religion du Jedi pour se trouver face à un important dilemme, il suffit juste pour cela de débuter Hot Pursuit et d'avoir à choisir l'une des deux carrières proposées. Cet épisode a, en effet, misé sur cette dimension originale et vous invite à devenir un excellent élément des forces de l'ordre ou un vrai chauffard, appelé ici pilote. On pourra à tout moment passer d'une carrière à l'autre, ce qui est un bon point, et l'on vivra pour chacune d'elles 24 épreuves à la difficulté progressive qui mèneront petit à petit vers le 15ème rang et vers la fortune. Si le système d'avancée est assez classique, invitant à passer d'un véhicule à un autre au fur et à mesure de la progression, l'ensemble reste tout de même léger et propose peu de personnalisation ou de liberté puisqu'il n'est pas question d'acheter un bolide ou de customiser sa carrosserie ou sa motorisation. On se concentrera donc sur les épreuves, regroupées par lot de six sur chaque carte. Elles se débloquent au fur et à mesure des réussites, mais on a parfois accès à plusieurs d'entre elles à la fois, ce qui évite de rester longuement bloqué. Pour passer à l'étape suivante, il faudra tout de même vaincre toutes les courses de la carte et comme certaines s'avèrent exigeantes, il sera nécessaire de faire des retours en arrière pour améliorer son palmarès d'étoiles, gagnant ainsi de l'argent et donc un bolide plus puissant. Chaque course dispose en effet d'une notation sympathique de une à trois étoiles dont l'attribution correspond à des défis qui sont lancés en début de partie, que cela soit en terme de temps restant, de place sur le podium, de vitesse kilométrique ou de véhicules adverses éliminés. Chaque étoile s'accompagnant d'une récompense pécuniaire, on n'hésitera donc pas à rejouer certaines courses pour faire monter le pécule et donc passer au rang suivant, à moins que l'on préfère le faire pour obtenir tous les trophées in game, d'autant plus que ces derniers sont à débloquer dans chaque carrière, ce qui encourage bien entendu à approfondir sa maitrise des circuits et offre un semblant de rejouabilité au jeu qui manque malheureusement de connectivité en ligne.

source - 316933 source - 316937 source - 316929


Dans la carrière flic, on rencontrera quatre types d'épreuves. Jeux de pouvoirs est une course classique, avec podium final, qui nécessite de se classer parmi les trois premiers. Avec seulement quatre bolides en course, on devrait avoir toutes ses chances, mais il s'avère qu'entre le fait qu'on parte toujours dernier et la combativité adverse représentée par d'autres policiers, ces épreuves-là s'avèrent souvent les plus corsées pour le joueur. Il arrive que l'on ait à sa disposition quelques power-ups qui peuvent donner un coup de pouce, évitant d'avoir à terminer à nouveau une épreuve antérieure pour obtenir de quoi passer au véhicule suivant.
Interception propose d'éliminer un pilote le plus rapidement possible. La jauge de vie de celui-ci est indiquée au-dessus de sa voiture, à vous donc de multiplier les collisions, les coudes-à-coudes et autres techniques barbares pour lui faire regretter d'avoir dépassé la vitesse autorisée. Un bon défouloir en somme, mais il peut devenir un peu difficile de sortir vainqueur de l'épreuve si on dispose d'une voiture trop puissante qui aura tendance à doubler le chauffard, limitant alors les possibilités d'action.
Justice dure se base sur le même type d'intervention, excepté que l'on doit éliminer plusieurs pilotes qui n'ont pas un véhicule ou un style de conduite identique. Contrairement à ce que l'on peut trouver dans Asphalt, ici les chauffards se débloquent au fur et à mesure, ce qui a l'avantage d'inviter à se concentrer sur chaque adversaire. On tentera d'acquérir des tactiques pour envoyer à la fourrière un maximum de chauffards dans le temps imparti, afin de récolter toutes les étoiles.
Intervention rapide est un contre-la-montre basé sur un système de checkpoints qui invite à se rendre sur les lieux d'un délit avant que le compte-à-rebours atteigne le zéro. Avant la fin de chaque timer, il faut avoir passé les fumigènes verts, ce qui permet d'obtenir une recharge de temps, seul moyen pour espérer atteindre les signaux rouges qui indiquent la fin de la course. Si certaines de ces interventions se font en toute quiétude, d'autres sont très exigeantes côté temps, en atteste la course où terminer avec au moins 5 secondes d'avance permet d'obtenir les 3 étoiles.

Chez le pilote, on retrouve des épreuves similaires mais adaptées au fait que l'on est de l'autre côté de la barrière légale. Course sur route nous met face à trois autres pilotes qui vont tenter d'obtenir la première place par tous les moyens. Alors que cette épreuve était plutôt corsée chez les flics, elle s'avère l'une des plus faciles du mode pilote, sans doute parce que l'on n'a pas un pénible policier aux trousses qui tente par tous les moyens de nous pourrir la vie.
Poursuite infernale contrebalance cette facilité et invitera à rejouer à plusieurs reprises une même course avant de se rabattre sur le changement de véhicule. Il faut dire que l'on a ici droit à un double défi : atteindre la ligne d'arrivée avant la fin du chrono et échapper au flic hargneux qui a une voiture plus puissante et qui passe son temps à nous envoyer valser dans le décor. Les temps proposés sont ajustés à la minute près, rendant les courses difficiles, et l'utilisation intempestive de power-ups et de barrages routiers côté forces de l'ordre suffit à mettre un bon nombre de bâtons dans les roues. On pourra éliminer le flic temporairement, mais il réapparaitra après quelques secondes.
On fera face au même problème dans Photo-radar puisque l'on devra se coltiner un fou du volant équipé d'un gyrophare. Ici, on jouera avec les radars qui comptabiliseront la vitesse, via un système de type checkpoints. La vitesse kilométrique totale obtenue permettra de récolter des étoiles, sans trop de difficulté pour les défis les plus basiques.
Elimination se joue en trois tours et à la fin de chacun d'eux, le dernier véhicule est éliminé. Il vous faudra donc terminer en tête pour valider l'épreuve, tandis que le nombre d'étoiles sera attribué en fonction du nombre de tours où l'on passe le premier la ligne d'arrivée, ce qui offre une bonne motivation pour avoir une conduite irréprochable tout au long de la course. Les adversaires y sont généralement assez tenaces, on évitera donc de racler le décor ou les conducteurs classiques qui encombrent les routes et qui plombent régulièrement les réussites, si on n'est pas suffisamment réactif pour les éviter.

Les 48 épreuves de la carrière sont complétées par un mode libre, nommé Course rapide, au contenu assez léger. En choisissant d'incarner le flic, on peut participer à des jeux de pouvoirs ou faire de l'interception. Côté pilote, on a droit à la poursuite infernale ou à la course sur route. On accède seulement aux voitures débloquées, ce qui limite tout de même le contenu en début de partie. Le point positif de ce mode est que chaque épreuve réussie donne droit à un peu d'argent qui va remplir la poche du joueur dans la carrière et l'on peut aussi débloquer les nombreux trophées du jeu par ce biais.

Si l'on déplorera longuement l'absence de multijoueur en ligne, sachant qu'au niveau de la carrière, le contenu d'Hot Pursuit est équivalent à celui d'Asphalt 5 et moindre que celui d'Asphalt 6, on appréciera tout de même l'existence d'un multi à deux en local. Ici le choix est limité puisque l'on peut jouer seulement en interception/poursuite infernale : un joueur incarne le flic, l'autre le pilote et à charge de chacun d'éliminer l'adversaire ou de le semer suffisamment longtemps pour décrocher la victoire. A la fin du compte-à-rebours, si le policier n'a pas réussi à intercepter le chauffard, ce dernier est déclaré vainqueur. On pourra jouer sur différents circuits et opter pour une voiture du panel proposé, fonction de la carrière pour ceux qui ont avancé en rang, tandis que les autres auront droit à quelques véhicules allant de plus lent au plus rapide. La sélection du circuit et du type de conducteur se faisant chez celui qui héberge, on n'aura pas la surprise de tomber aléatoirement sur une piste.

source - 316940 source - 316941 source - 316926



Des interventions pas très légales


Avec sa jouabilité très bien calibrée, ce NFS offre un excellent confort de conduite à l'accéléromètre ou au gyroscope. Les bolides répondent à la moindre sollicitation, il est donc facile de prendre les virages ou d'éviter les obstacles, à condition d'être réactif. On pourra réaliser de jolis drifts pour prendre certains virages avec plus de précision, mais sans obligation, à moins que l'on soit amateur de primes, récoltées à chaque action un peu délirante, venant ainsi grossir le pactole de fin de course. La conduite est souple et agréable, le novice et l'habitué devraient donc prendre plaisir à ce qui est proposé, d'autant plus qu'on a droit à un confort plus proche de Real Racing et d'Asphalt que de NFS Shift qui imposait ralentissements ou usage du drift pour la prise de virages. Le soft s'avère néanmoins plus proche de la simulation que de l'arcade puisque l'ensemble reste assez léger en dehors des objectifs, les pilotes qui aiment se la jouer tactique entre collisions et aérodynamisme ne retrouveront donc pas les sensations proposées par Shift et côté drifts et collisions, le jeu est nettement moins dosé qu'Asphalt.
La personnalisation des contrôles étant très limitée, ceux qui privilégient d'habitude les commandes tactiles auront la déception de ne pas en voir dans les options, ils devront donc faire une croix sur un volant ou des flèches directionnelles puisque seule l'inclinaison du support est proposée. Il y a par contre un peu de choix côté accélération puisque l'on a la possibilité de jouer en mode manuel ou automatique, suivant les préférences de chacun. La première solution n'est pas ici forcément la plus pertinente et ce, à cause de la nitro puisque pour l'activer, on glisse le doigt vers le haut de l'écran. On peut s'interroger sur cette décision en terme de contrôle, sachant qu'un bouton aurait aussi bien fait l'affaire. Si dans l'ensemble, cela n'est pas gênant, lorsque l'on adopte l'accélération manuelle, utiliser la nitro devient sportif puisque l'on glisse de préférence du côté gauche, là où se trouve le frein. Il en résulte quelques conflits d'intérêts si le geste est mal interprété, ralentissant le véhicule au lieu de provoquer une accélération. Pour enclencher la nitro, il suffira de rouler un peu, ce qui remplit la jauge que l'on peut activer dès lors qu'elle prend une teinte orangée. Ce système est un peu limitatif puisqu'il n'y a pas moyen de stocker cette énergie, comme cela est le cas dans Asphalt par exemple, mais on appréciera à contrario le fait qu'éliminer un flic remplit la jauge dans sa totalité, contrebalançant ainsi un peu une éventuelle perte de temps. L'impact de la nitro se ressentira surtout dans les épreuves avec chrono ou dans les poursuites, mais nettement moins dans les championnats puisque les autres véhicules l'utilisent aussi. Si la sensation de vitesse procurée est plutôt bonne, le résultat n'est quand même pas transcendant, il arrive qu'on fasse du coude-à-coude avec une voiture à vitesse normale alors qu'on est en pleine utilisation de ce turbo.

Chaque carrière dispose de trois power-ups différents qui seront activés ou non, suivant les courses proposées. Ces armes se présentent sous la forme de boutons centraux, il suffira de les toucher lorsqu'ils se colorent pour les activer, mais il faudra ensuite attendre que l'ensemble se recharge.
Chez le flic, l'IEM envoie une décharge à l'adversaire, nuisant au contrôle de son véhicule durant un court laps de temps. Il faut par contre être assez proche, c'est-à-dire avoir le véhicule en vue et pas en fond, afin de pouvoir cibler correctement. Cela fera apparaitre un cadre-viseur vert qui fait une mise au point automatique sur la voiture et envoie la décharge, sinon on aura droit à un cadre rouge, synonyme d'échec. On larguera la herse derrière soi depuis le pare-chocs et si elle est de couleur verte, elle sera dans la trajectoire idéale pour gêner l'adversaire, sinon elle sera rouge et n'aura pas d'impact, à moins que le véhicule qui suit dévie de sa route. Elle est larguée assez lentement, ce qui permet éventuellement d'ajuster sa position en fonction de la flèche qui indique l'adversaire, mais ce n'est pas toujours évident quand on a un bolide trop rapide. Enfin, le barrage permet de déployer une barrière composée de voitures de police qui vont freiner l'ennemi si celui-ci daigne leur rentrer dedans. Le barrage est souvent hermétique et efficace, malgré les écarts entre les véhicules, mais il y a parfois un gros trou central simple à franchir pour le pilote. Cette arme est à double tranchant puisque le flic peut être affecté lui aussi par le barrage, provoquant alors un ralentissement malvenu lors d'une poursuite.
Chez le pilote, le bilan des armes est nettement plus mitigé et l'on prendra moins plaisir à les utiliser, que ce soit en terme d'action ou de stratégie. La flaque d'huile déverse du liquide glissant sur la route, envoyant éventuellement le poursuivant dans le décor, s'il est assez inattentif pour passer dessus. Le brouilleur servira à contrer l'IEM et permettra aussi de neutraliser la nitro du flic pendant quelques secondes, de quoi prendre un peu d'avance. L'overdrive incarne la panacée et ravira les chauffards en herbe puisqu'il booste l'accélération et permet par exemple de dégommer un des véhicules du barrage. Cette dernière arme vous sera offerte sur un plateau dans certaines épreuves de la carrière pilote, permettant de semer sans vergogne aussi bien les flics que les autres chauffards, suivant le type de course auquel on participe.

Ces power-ups sont un des atouts du jeu puisqu'ils permettent d'accentuer le côté arcade et se démarquent de ce que l'on peut trouver chez la concurrence. Que l'on soit flic ou pilote, on devra supporter les attaques de l'intelligence artificielle qui dispose, elle aussi, des différentes armes, en sus d'un comportement assez agressif à certains moments. Les collisions sont donc fréquentes et il n'est pas rare qu'un bolide tente de vous rabattre sur un camion qui roule tranquillement sur la route afin de vous ralentir de manière efficace. Ces accidents peuvent être assez catastrophiques dans les épreuves qui mettent en jeu un compte-à-rebours, d'autant plus que l'on peut se retrouver à faire du chasse-neige avec la voiture accidentée qui se laisse bravement pousser sans rien dire, tandis que l'on voit le compteur de vitesse décroitre à toute allure, avec éventuellement d'autres dommages collatéraux comme se faire doubler, rater un check point, etc. Ces collisions sont aussi synonymes de dégâts matériels puisque la voiture du pilote est soumise à une jauge, symétrique à celle de nitro sur l'écran, indiquant la santé de votre véhicule. Des impacts répétés avec un touriste, un adversaire, un barrage ou un piège pourront donc mettre fin à la course, et il en va de même si l'on se laisse coincer par un flic ou un autre élément du jeu. Chez la police, cette jauge existe dans les épreuves de type interception, tandis que le reste du temps on peut fracasser sa voiture sur tout ce qui bouge, mais comme l'impact graphique est inexistant, on n'abusera pas de cette liberté.

source - 316935 source - 316932 source - 316930


Un air de déjà vu

A chaque changement de rang dans la carrière, on débloquera un nouveau bolide, sobrement modélisé, dont les capacités augmentent en terme d'accélération, de tenue de route et de vitesse, mais il va de soi qu'une voiture puissante roulera plus vite et aura donc davantage tendance à vraiment partir dans le décor en cas de geste inadéquat ou de collision avec un conducteur lambda. On doit donc perpétuellement apprendre à maitriser son véhicule et quand on commence à être à l'aise, on en débloque un nouveau qu'il faudra aussi réussir à apprivoiser un minimum pour réussir les courses. On débloquera ainsi quinze voitures dans chacune des carrières, total plutôt léger sachant qu'on ne fait pas de retour en arrière pour conduire avec d'anciens véhicules. Celles du flic seront aux couleurs des forces de l'ordre avec une carrosserie noire et blanche, ainsi que des gyrophares, et l'on s'amusera en voyant que l'on peut conduire une BMW ou une Porsche, ce qui est tout de même peu crédible. Le pilote aura lui aussi le choix entre plusieurs marques renommées, mais la personnalisation sera permise via un changement de couleur de la carrosserie, ce qui reste extrêmement limité pour le genre.

Sur le plan graphique, le jeu est très agréable et les sensations de vitesse sont bien présentes, notamment lorsque l'on passe d'un véhicule bas de gamme à un gros bolide. Différents environnements accueillent les courses comme la montagne, le bord de mer et le désert, mais leur nombre est vraiment très limité pour le genre, même si on appréciera quand même de jouer de jour ou de nuit, sachant que cette dernière rend la conduite nettement plus dangereuse. Ce NFS dispose d'une très belle interface, bien adaptée à chaque type d'épreuve, donnant un bon confort visuel aussi bien en terme d'information que de conduite. On utilisera peu la map située en haut à droite, étant donné le nombre de circuits qui fait qu'on finit par les connaitre par coeur. Ce sentiment est renforcé par leur tracé assez simple à appréhender, malgré quelques zones où les dérapages sont difficiles à éviter et d'autres où la route se scinde brièvement en deux ce qui peut faire perdre du temps si on opte pour le mauvais embranchement, à moins que l'on essaye par ce biais de semer un adversaire. La carte indique par contre de manière pertinente la position des adversaires les plus proches et sert donc en quelque sorte de rétroviseur. On stressera donc en constatant qu'un flic est à nos trousses, tandis qu'on s'autorisera quelques dérapages pour le fun, si les autres concurrents sont loin derrière. Les menus sont très faciles à utiliser, de même que la navigation de base, on appréciera le design de la carte des étapes, simple et efficace, tandis qu'un tour par la pause durant une course laissera la place à un menu ergonomique qui fait plaisir à voir et à utiliser, montrant que le savoir-faire d'EA en la matière s'améliore à chaque épisode proposé.
Si tout cela s'avère plus que séduisant, l'absence d'impact des collisions sur la carrosserie est vraiment dommage et cette sensation est d'autant plus renforcée qu'il n'y a pas, comme dans NFS Shift, de vue cockpit où l'on pouvait constater les dégâts sur le pare-brise du véhicule. On se contentera d'une vue externe, très agréable, d'une seconde située au niveau du capot et d'une vue depuis la route qui, étonnamment, retransmet particulièrement bien les sensations de vitesse.

Sur le plan sonore, la licence pioche une fois encore des musiques électroniques, pop, rock, etc, non issues de l'univers vidéoludique, ne dépaysant pas ceux qui avaient adopté les autres épisodes sur iOS. On aimera donc les titres proposés et leur dynamisme qui colle bien à la conduite mais s'ils ne correspondent pas à vos goûts musicaux, il ne restera plus qu'à vous rabattre sur votre propre playlist iTunes. Côté bruitages, les bruits du moteur sont un peu légers et les sirènes des flics tapent sur les nerfs au bout d'un moment, invitant à diminuer leur intensité dans les options, mais en dehors de cela, l'ensemble est plutôt sympathique, avec notamment des crissements de pneus et des petits bruits d'alerte qui indiquent quand un power-up est disponible ou que la jauge est remplie. Des commentaires en anglais sont laissés par une voix off féminine à certains moments, donnant un petit aspect convivial à l'ensemble.

source - 316923 source - 316925 source - 316936


Need for Speed: Hot Pursuit est un concentré de savoir-faire en terme de conduite et d'amusement, proposant une alternative bienvenue côté course automobile arcade à la série Asphalt. EA Mobile et IronMonkey Studios ont su adapter avec efficacité la version disponible sur les autres plateformes, afin d'offrir une bonne expérience de jeu, mais le contenu s'avère plutôt limité et la rejouabilité est quant à elle très faible à cause de l'absence de leaderboards et de multijoueur en ligne. Du haut de ses 367Mo, le titre propose de belles carrières de policier ou de chauffard, moyennant 3,99€ sur iPhone et iPod Touch et 7,99€ et 392Mo sur iPad. On pourra essayer les versions Lite sur les différents supports afin de se faire une première impression sur les contrôles avant un achat éventuel.

 


Test iPod Touch 4 réalisé sur la version 1.0.2




Need For Speed Hot Pursuit - Trailer iPhone
Note finale
7 / 10
Face à la série des Asphalt, ce Need For Speed: Hot Pursuit offre un contenu correct, mais une rejouabilité assez catastrophique puisque EA a omis encore une fois de proposer un multijoueur en ligne et a choisi de ne pas adopter de plateforme sociale pour les trophées et leaderboards. Pourtant, avec ses deux carrières, permettant d'incarner un flic et un pilote dans des épreuves relativement variées, le jeu d'IronMonkey Studios a des atouts dans sa manche, d'autant plus que les power-ups offrent un gameplay un peu différent de celui des autres jeux de course automobile orientés arcade. Ce NFS est donc un bon complément à la ludothèque de ceux qui aiment le genre, tandis que de leur côté, les débutants pourront découvrir un soft relativement accessible, à la jouabilité très bien calibrée et à la réalisation soignée, même si on regrettera l'impact trop léger de la nitroglycérine et le nombre très réduit de circuits et de véhicules.
On a aimé
  • La jouabilité très bien calibrée
  • Pouvoir incarner le flic et le pilote
  • Gagner des éléments en course libre
  • Les éliminations
  • L'interface
  • Les nombreux trophées in game
  • La notation en étoiles
  • La sensation de vitesse progressive
On n'a pas aimé
  • Pas de multi en ligne
  • Quelques courses déséquilibrées
  • Peu de circuits différents
  • Pas de plateforme sociale
  • Rejouabilité faible
  • Pas d'impact carrosserie
  • Effet léger de la nitro
On s'en tape
  • Un flic en Porsche, c'est surréaliste
  • En français
  • On peut tourner sans drifter
  • Plus proche de Asphalt que de NFS Shift
  • Pas de système de volant ou de flèches directionnelles pour ceux qui sont allergiques au gyroscope / accéléromètre
Test de Need for Speed : Hot Pursuit
Par samedi 16 avril 2011 à 18h32
  • Bien meilleur sur iPhone que sur Wii :kezako:
    il y a 3 années
    • Super Mario Galaxy - Grand Fan de Mario - Débloqué le 23 avril 2008
    • E3 2011 - Présent lors de l'E3 2011 - Débloqué le 06 juin 2011
    • Gamescom 2011 - Présent lors de la gamescom 2011 - Débloqué le 18 août 2011
    • E3 2012 - Présent lors de l'E3 2012 - Débloqué le 05 juin 2012
    • TGS 2011 - Présent lors du Tokyo Game Show 2011 - Débloqué le 15 septembre 2011
Vous ne pouvez plus poster de commentaire